La pandémie inverse les progrès en matière de pauvreté, d'égalité entre les sexes et d'éducation ODD

4 Lire les minutes

Un nouveau rapport des Nations Unies constate que la pandémie de coronavirus perturbe gravement la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) convenus à l'échelle mondiale d'ici 2030. Alors que les progrès vers les objectifs ont été lents, en particulier dans les pays d'Asie-Pacifique où une régression a été enregistrée même avant la pandémie, la crise annule maintenant des décennies de progrès en quelques mois seulement.

Bannière d'article du plan de repas végétalien zéro déchet

Publié hier par le Département des affaires économiques et sociales de l'ONU (UN DESA), le rapport indique que le coronavirus déclenche un renversement sans précédent des progrès sur les ODD, les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables du monde subissant le poids de l'impact humain.

Avant la pandémie, le monde avait fait des progrès pour atteindre les 17 objectifs, bien qu'inégaux et insuffisants pour respecter l'échéance de 2030. Dans la région Asie-Pacifique, il y avait eu peu ou pas de progrès dans tous les domaines, avec certains cible même l'enregistrement de schémas de régression, en particulier la détérioration de l'environnement, l'insécurité alimentaire et les inégalités généralisées.

Mais maintenant, même les cibles où des progrès ont été enregistrés – la santé maternelle et infantile, l'élargissement de l'accès à l'électricité et l'augmentation de la représentation des femmes – sont menacées de voir des décennies de progrès anéanties en quelques semaines.

On estime que 71 millions de personnes, selon le rapport, devraient maintenant être replongées dans l'extrême pauvreté cette année, marquant la première augmentation de la pauvreté dans le monde depuis 1998. Cela signifie que même ceux qui étaient auparavant en sécurité se retrouvent maintenant à risque de faim et de pauvreté.

"En raison de Covid-19, une crise sanitaire, économique et sociale sans précédent menace des vies et des moyens de subsistance, rendant la réalisation des objectifs encore plus difficile", a déclaré le secrétaire général de l'ONU António Guterres dans un communiqué de presse envoyé à Reine verte.

En utilisant les données les plus récentes, les analystes de l'ONU disent que ce seront d'abord et avant tout les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables du monde – les enfants, les personnes âgées, les personnes déplacées et les femmes – qui seront le plus durement touchées par les effets. du coronavirus et l'inversion résultante de la progression des ODD.

«Bien que le nouveau coronavirus affecte chaque personne et chaque communauté, il ne le fait pas également. Au lieu de cela, il a révélé et exacerbé les inégalités et les injustices existantes », a déclaré António Guterres.

Par exemple, le rapport constate qu'environ 1,6 milliard de personnes qui sont déjà des travailleurs vulnérables dans le secteur de l'économie informelle – représentant la moitié de la main-d'œuvre mondiale – sont désormais considérablement touchées par la crise et devraient voir leur revenu réduit de 60% depuis la pandémie. a commencé.

Parmi les groupes vulnérables, le rapport constate que les femmes et les enfants connaîtront le plus de difficultés. L'interruption des services de vaccination et des soins de santé en raison de la crise, en plus d'un accès déjà limité à des aliments nutritifs, entraînera des centaines de milliers de décès supplémentaires chez les enfants de moins de 5 ans, ainsi que des dizaines de milliers de décès maternels supplémentaires dans ce an.

En termes d'éducation, les fermetures d'écoles dans le monde ont empêché plus de 90% des élèves du monde – 1,57 milliard d'élèves – d'avoir accès à l'éducation, et parmi eux, 370 millions d'enfants n'ont pas accès aux repas scolaires dont ils dépendent. Pour ceux qui n'ont pas accès à Internet et aux ordinateurs à domicile, l'apprentissage à distance n'est pas une option, ce qui signifie presque aucune éducation pendant la durée de la crise.

Outre la détérioration des problèmes de pauvreté, de promotion de la femme, de santé, d'éducation et d'inégalité des revenus, le rapport note également que la crise climatique ne montre aucun signe de ralentissement. L'année dernière a représenté la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée, alors qu'un grand nombre d'espèces sont menacées d'extinction en raison des activités humaines et de la consommation et de la production non durables.

Les scientifiques ont réaffirmé que sans mettre fin à la destruction continue de la nature par l’humanité, nous risquons de connaître des pandémies encore plus meurtrières à venir plus fréquemment.

Au milieu de ces constatations, les analystes de l'ONU disent qu'il est plus vital que jamais pour les gouvernements d'orienter leurs efforts de rétablissement contre la pandémie de coronavirus vers les ODD. "Les principes sur lesquels les ODD ont été établis sont essentiels pour mieux reconstruire dans la reprise post-COVID-19", a déclaré Li Zhen-min, sous-secrétaire général de l'UN DESA.

«Notre réponse collective à la pandémie peut servir d’échauffement» à notre préparation à prévenir une crise encore plus grande – c’est-à-dire le changement climatique mondial, dont les effets sont déjà trop connus. "

SDG Media Compact_Master logo-01 - United Nations Sustainable ...

Ce billet est publié dans le cadre du partenariat de Green Queen avec le SDG Media Compact sensibiliser aux objectifs de développement durable et partager les informations de l'Organisation mondiale de la santé et des Nations Unies pendant la pandémie.


Image principale gracieuseté de Channi Annan / AP.

Asia Protein Report Download Banner
La pandémie inverse les progrès en matière de pauvreté, d'égalité entre les sexes et d'éducation ODD
4.9 (98%) 732 votes
 

Leave a Comment