Première start-up de viande à base de cellules en Afrique

3 Minutes de lecture

Fondée cette année, Mzansi Meat Co., basée en Afrique du Sud, est la première technologie alimentaire cellulaire à arriver sur le continent. En utilisant la technologie de l'agriculture cellulaire, la société espère produire des produits protéiques de culture cellulaire sans cruauté, y compris des produits spécialement conçus pour les plats africains traditionnels, à partir de braai à shisanyama.

Bannière d'article du plan de repas végétalien zéro déchet

Plus tôt cette année, en mars, Jayson Van Der Walt et Brett Thompson ont lancé Mzansi Meat Co., la première entreprise de viande cultivée de tout le continent africain. Au lieu d'élever du bétail et d'abattre des animaux pour la viande, la société exploite la technologie de l'agriculture cellulaire pour faire pousser de la viande à partir de cellules.

Actuellement, la start-up teste une large gamme et une combinaison de biomatériaux sans animaux, d'hydrogels, de cellulose végétale et de cultures de levure pour concevoir l'échafaudage pour que les cellules se développent. Pour le processus de récolte des cellules, l'entreprise utilise exclusivement un milieu de culture et des facteurs de croissance sans sérum.

«Nous travaillons pour apporter de la viande savoureuse et saine à vos braais, potjie et shisanyama en la cultivant à partir de cellules au lieu de la prendre sur des animaux», déclare la société sur son site Web. «Nous espérons devenir un guide pour des pratiques agricoles cellulaires responsables et une viande cultivée produite de manière durable en Afrique.»

Actuellement, les viandes transformées de style occidental telles que les saucisses, les hamburgers et les nuggets ne sont pas largement consommées en Afrique, à l'exception de l'Afrique du Sud. Mzanzi Meat prévoit de produire du bœuf haché de culture cellulaire sans abattage, des hamburgers et des pépites dans les prochaines années, mais leur objectif ultime est de «produire de la viande qui puisse être utilisée dans la nourriture traditionnelle». ont déclaré les co-fondateurs dans une récente interview avec Super tendances.

Nous travaillons pour apporter une viande savoureuse et saine à vos braais, potjie et shisanyama en la cultivant à partir de cellules au lieu de la prendre sur des animaux. Nous espérons devenir un guide pour des pratiques d'agriculture cellulaire responsable et de la viande cultivée produite de manière durable en Afrique.

Mzanzi Meat Co.

Rejoindre les cofondateurs est le vétérinaire de la faune Paul Bartels, qui servira de PDG de la startup. Il a précédemment fondé le Wildlife Biological Resource Centre et a été impliqué dans le développement et la banque de la première lignée de cellules souches pluripotentes induites par le rhinocéros blanc sur le continent.

Depuis sa création, Mzansi Meat Co. a déjà attiré les yeux d'investisseurs internationaux, notamment Ryan Bethencourt, fondateur et PDG de la marque californienne d'aliments végétaliens pour animaux de compagnie Wild Earth et investisseur de protéines alternatives en début de carrière.

"Vraiment enthousiasmés par le travail incroyable que Paul Bartels, Jayson Claude Van Der Walt, Brett Thompson et toute la Mzansi Meat Co. font pour transformer l'avenir de la viande en Afrique et dans le monde", a déclaré Bethencourt, dans son annonce sur les réseaux sociaux. son investissement providentiel dans la première entreprise de viande propre d'Afrique.

Nous voulons être perçus comme une entreprise alimentaire et non comme une marque technologique. Nous avons l'avantage du fait que la viande cultivée n'est pas connue en Afrique et en Afrique du Sud, de sorte que les gens n'ont pas encore eu la chance de renforcer leurs défenses. Par conséquent, ce revers que peu de gens connaissent à propos de la viande cultivée est, en même temps, une opportunité.

Brett Thompson, co-fondateur de Mzanzi Meat Co.

Bethencourt a précédemment soutenu VeggieVictory, la première entreprise de viande à base de plantes du Nigéria qui développe des produits végétaliens fabriqués localement et de longue conservation adaptés aux plats de la cuisine nigériane, tels que les ragoûts efo riro.

Dans le même entretien avec Super tendances, le co-fondateur Thompson a déclaré qu'étant la première startup africaine basée sur la cellule, l'un des défis auxquels l'entreprise sera confrontée est l'acceptation par les consommateurs.

«Nous devrons trouver comment surmonter les barrières à la consommation», a expliqué Thompson. «Nous voulons être perçus comme une entreprise alimentaire et non comme une marque technologique. Nous avons l'avantage du fait que la viande cultivée n'est pas connue en Afrique et en Afrique du Sud, de sorte que les gens n'ont pas encore eu la chance de renforcer leurs défenses. Par conséquent, ce revers que peu de gens connaissent de la viande cultivée est en même temps une opportunité ».


Image principale fournie par Mzansi Meat Co.

Bannière de téléchargement du rapport sur les protéines en Asie

Première start-up de viande à base de cellules en Afrique
4.9 (98%) 732 votes
 

Leave a Comment