Coca-Cola, Pepsi et Nestlé, les pires pollueurs de plastique pour la troisième année malgré les promesses publiques d'amélioration

5 Minutes de lecture

Les géants des boissons Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé sont à nouveau en tête de liste pour être les plus gros pollueurs du monde pour la troisième année consécutive, ne montrant aucun progrès malgré un grand nombre d'allégations de durabilité et d'engagements que les entreprises ont pris ces dernières années. L'audit annuel, mené par l'organisation à but non lucratif Break Free From Plastic, a désigné Coca-Cola comme le pire pollueur de tous au monde, avec sa marque trouvée sur plus de déchets que les deux autres sociétés réunies.

L'audit annuel de Break Free From Plastic de cette année a montré «aucun progrès» de la part des géants du FMCG Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé, les classant parmi les trois plus grandes entreprises polluantes au monde pour la troisième année consécutive. Coca-Cola s'est avéré être le pire coupable de tous, avec ses bouteilles de boissons en plastique retrouvées jonchées sur les plages, les rivières, les parcs et autres sites environnementaux dans 51 pays sur 55. enquêté dans l'étude, en hausse par rapport à son chiffre précédent de 37 pays enregistré dans l'audit en 2019.

Les entreprises les plus polluantes au monde affirment travailler dur pour résoudre la pollution plastique, mais au lieu de cela, elles continuent à pomper des emballages plastiques à usage unique nocifs.

Emma Priestland, coordinatrice de la campagne mondiale de l'entreprise, Break Free From Plastic

Bannière d'article de Noël

La pollution plastique totale de Coca-Cola en nombre était également supérieure à celle de PepsiCo et Nestlé réunis – sa marque était allumée près de 14 000 pièces de plastique, contre 5 155 attribuables à PepsiCo et 8 633 Nestlé est responsable.

L’audit de cette année a été réalisé par 15 000 bénévoles et a collecté plus de 346 000 déchets plastiques, dont près des deux tiers du plastique total (63%) ont été étiquetés par une marque de consommation claire. Les autres marques qui figurent dans la liste des dix premières du rapport incluent Unilever, Mondelez, Mars, Procter & Gamble, Philip Morris, Colgate-Palmolive et Perfetti Van Melle.

Source: Greenpeace Canada

S'exprimant sur les résultats, Emma Priestland, coordinatrice de la campagne mondiale des entreprises chez Break Free From Plastic, a déclaré: «Les plus grandes entreprises polluantes au monde prétendent travailler dur pour résoudre la pollution plastique, mais au lieu de cela, elles continuent de pomper des emballages plastiques nocifs à usage unique. . »

«Nous devons arrêter la production de plastique, éliminer progressivement les produits à usage unique et mettre en œuvre des systèmes de réutilisation robustes et standardisés. Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé devraient montrer la voie pour trouver de vraies solutions », a ajouté Priestland.

Ces résultats jettent un énorme doute sur les affirmations audacieuses en matière de durabilité que les trois principales entreprises polluantes ont formulées ces dernières années, ce qui suggère que de telles promesses ne se résument guère à des techniques de greenwashing et de marketing.

Les entreprises les plus polluantes ne respectent pas seulement leurs engagements déjà faibles, elles comptent de plus en plus sur le greenwashing pour présenter un mirage extérieur de durabilité tout en continuant à retarder, distraire et faire dérailler les progrès réels.

Break Free From Plastic, Global Brand Audit 2020

Source: Libérez-vous du plastique

Alors que Coca-Cola a déclaré publiquement investir dans des projets de récupération de plastique, des infrastructures de recyclage et a lancé un partenariat technologique pour recycler les plastiques PET de mauvaise qualité à partir de déchets océaniques depuis l'audit de l'année dernière, la société a eu peu de résultats à montrer et a démontré que son la production et l'utilisation de plastique ont en fait augmenté d'année en année. Cela jette également un doute sur l’authenticité du vœu de Coca-Cola de réduire ses émissions à zéro net d’ici 2040 – une décision qui nécessitera une refonte radicale de sa dépendance aux plastiques à base de pétrole.

«Coca-Cola a en fait augmenté la quantité de plastique qu'ils utilisent. Les entreprises les plus polluantes ne parviennent pas seulement à honorer leurs engagements déjà faibles, elles comptent de plus en plus sur le greenwashing pour présenter un mirage extérieur de durabilité tout en continuant à retarder, distraire et faire dérailler les progrès réels ». a écrit les auteurs du rapport.

Nestlé, pour sa part, a lancé cette année une initiative d'emballage durable, affirmant qu'elle visera à rendre tous les emballages 100% recyclables ou réutilisables et à réduire sa consommation de plastiques vierges d'au moins un tiers d'ici 2025. Des engagements similaires ont a été fabriqué par PepsiCo, qui a déclaré qu'il ciblerait la fabrication de bouteilles en plastique 100% recyclées d'ici 2022.

«Ces entreprises prétendent s'attaquer à la crise du plastique mais elles continuent d'investir dans de fausses solutions tout en s'associant avec des compagnies pétrolières pour produire encore plus de plastique», a déclaré Abigail Aguilar, coordinatrice régionale de la campagne sur les plastiques chez Greenpeace Asie du Sud-Est. «Pour mettre un terme à ce désordre et lutter contre le changement climatique, des multinationales comme Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé doivent mettre fin à leur dépendance aux emballages en plastique à usage unique et s'éloigner des combustibles fossiles.

Source: Will Rose / Greenpeace

Les géants de l'entreprise ont également montré des exemples de greenwashing d'autres problèmes environnementaux, tels que les efforts de lutte contre la déforestation que Nestlé affirme avoir déployés depuis 2010. Dans son dernier rapport sur «l'empreinte forestière» qui a été rendu public en décembre seulement, le géant suisse de l'alimentation a révélé qu'il n'a pas encore atteint son objectif de «non-déforestation» qu'il s'est fixé pour 2020.

Dans un communiqué, Gemma Tillack, directrice de la politique forestière chez Rainforest Action Network (RAN), tout en saluant la décision de Nestlé de faire connaître son empreinte forestière, a averti qu'elle montrait que les grandes entreprises avaient encore un long chemin à parcourir pour démontrer des réalisations mesurables. .

«Toutes ces entreprises et bien d’autres ont pris de nobles engagements de« non-déforestation »qui étaient censés être réalisés d’ici 2020», a déclaré Tillack. «À la fin de l’année, il est clair que, jusqu’à présent, aucun d’entre eux n’avait une comptabilité fidèle et transparente des forêts et des communautés touchées par leur utilisation de produits à risque forestier ou leur financement… Le temps presse.»


Image principale fournie par Shutterstock.

Coca-Cola, Pepsi et Nestlé, les pires pollueurs de plastique pour la troisième année malgré les promesses publiques d'amélioration
4.9 (98%) 732 votes
 

Leave a Comment